Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


A défaut de corriger le budget, on cisaille le Fespam!

Publié par Arsène SEVERIN sur 24 Avril 2015, 07:29am

Catégories : #Culture

©La danse coupée et décalée au Fespam 10
©La danse coupée et décalée au Fespam 10

Cut, cut, cut!!! En Trois ou en quatre, le budget de la dixième édition du Festival panafricain de musique (Fespam) a été terrible asséché, effilé puis découpé en lamelles. Initialement prévu avec conviction et courage à 6,5 milliards de FCFA, il a été largement dégraissé à 1,5 milliard de FCFA. En tout cas tous les calculs dans l'eau! A la précédente édition, ce budget était de 4 milliards de francs CFA. Bon, a défaut du chien dans le village, c'est le chat qui se débrouille à aboyer. On ne va tout de même pas annuler une dixième édition! Mais...de nombreux experts estiment que le gouvernement devrait revoir sa copie du budget 2015 dont même certaines priorités pourraient se casser les dents en se réalisant...

A quelques mois de la tenue du Fespam, aucun financement n’a encore été décaissé sur le milliard et demi prévu. On assure d’ailleurs qu’environ 40% seulement du budget pourraient être disponibles, a déclaré le Commissaire général du Fespam Dieudonné Moyongo. Et avec ça on fera quelle fête? Bon, aux organisateurs de voir. Tous les gars qui espéraient venir rafler les cachets de gros volumes peuvent ranger leurs guitares et batteries. Avec les Balkasound, les Extra Musica tout calibre confondu, les Bana Moye ou les Etouri Ekanga coûteraient certainement moins cher. Y a-t-il un choix plus réaliste? Non!

A la place du ministre des Finances, le Commissaire général du Fespam s'en est allé à des explications connues. "Le pétrole a connu une baisse du prix du baril. Pour être en mesure de contenir les dépenses de cet exercice budgétaire, le ministère des Finances s’est résolu à réduire les budgets de tous les départements ministériels’’, a dit M. Moyongo, soulignant que cependant, la baisse drastique du budget du festival, associée à la réduction de celui du fonctionnement du Commissariat général passant de 350 millions de francs CFA à 90 millions de francs CFA cette année, laisse entendre plusieurs interrogations. Même des coupures de salaires des prestataires. Ce qu'on ne dit pas.

‘’Ce n’est pas parce que le budget a été réduit que cela présenterait une difficulté majeure qui empêcherait sa bonne organisation. Nous allons redimensionner nos activités’’, rassure le Commissaire général du Fespam. Selon M. Moyongo, ce nettoyage budgétaire a, d’ailleurs, contraint le ministère de la Culture à remercier' environ 25 salariés du Commissariat général du Fespam. Les responsables de cette institution culturelle estiment que la décision a été prise ‘’avec toutes les responsabilités pour éviter de gérer une situation plus compliquée par la suite’’.

Quoique des arguments budgétaires liés à la baisse du prix du baril de pétrole expliquent le rétrécissement de l’enveloppe du festival, des propos font allusion à un ras-le-bol de l’Etat qui finance à 90% un rendez-vous qui peine à s’autofinancer et à se développer véritablement. ‘’Si déjà avec quatre milliards de FCFA, nous avons le résultat que nous déplorons tous, que réaliseront-ils avec 1,5 milliard de FCFA‘’, s’interroge un artiste qui a requis l’anonymat.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents