Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les jeunes militants du PCT à Talangaï
Les jeunes militants du PCT à Talangaï

Réunis massivement dans la cours de l'école Antonio Agostino Neto (un grand révolutionnaire angolais) les membres du Parti congolais du travail (PCT, principal parti au pouvoir) ont vu dans les récents actes de vandalisme perpétrés à Brazzaville la volonté de certains hommes pyromanes de "tuer" la paix et d'instaurer l'instabilité politique au Congo.

Malgré les difficultés de transport enregistrées mercredi dans la capitale, le meeting du PCT a bien eu lieu. Le soleil n'a pas fait du mal aux militants qui s'étaient déplacés au collège-lycée A.A Neto de Talangaï. Un seul mot dans la bouche des sympathisants du parti au pouvoir : NON. Pas au changement de la constitution, attention! Mais à la violence. Les militants PCT ont dénoncé cet après-midi dans leur fief de Talangaï, un quartier nord de Brazzaville, les actes de pillages, de vol, de casse et d'agression physique qui ont suivi le week-end dernier la défaite des Diables rouges, l'équipe nationale du Congo, face aux Léopards de la RDC en coupe d'Afrique des Nations (CAN). Une défaite qui a éliminé le Onze national du reste de la compétition. Pour le secrétaire général du PCT, Pierre Ngolo, il ne s'agit ni pus ni moins que "d'actes de provocation visant à déstabiliser les institutions en place" à Brazzaville.

Pierre Ngolo a estimé que la démocratie "qui est en marche au Congo ne signifie pas piller, voler ou tuer". D'ailleurs, pour mettre de l'eau dans la bouche du leader du PCT, feu Mgr Ernest Kombo disait tous les jours à la conférence nationale de 1991 que "Tu ne voleras pas, tu ne tueras"! Le secrétaire général du PCT suspecte sans le dire clairement certains opposants à avoir organisé les jeunes pour commettre ces actes. "Tous ceux qui aspirent à l'alternance démocratique ne doivent pas intoxiquer les jeunes ou les manipuler. Mais nous ne nous laisserons pas faire", a prévenu Pierre Ngolo.

Avec des pancartes à toutes enseignes, les jeunes et les femmes du PCT sont également montés au créneau à cette occasion qui réunissait plus de trois mille militants et sympathisants du parti au pouvoir pour mettre en garde tous les jeunes qui "n'attendent que ce genre d'occasion pour mettre le pays à feu et à sang". " Nous disons non à tout acte visant à déstabiliser la paix chèrement acquise. Nous disons non à la manipulation et à la récupération politicienne, et condamnons les actes inciviques qui déshonorent la jeunesse congolaise", a déclaré Juvet Ngave, le premier secrétaire de la Force montante, la jeunesse du PCT.

Le match entre le Congo et la RDC était fort attendu sur les deux rives du fleuve Congo. Et à la suite de la défaite, 2-4, du Congo face à sa voisine, des jeunes s'étaient attaqué à plusieurs magasins, pillant et vandalisant des biens d'autrui. Plusieurs personnes ont été agressées, et au moins deux ont trouvé la mort. La police qui s'était également copieusement servi lors de ces pillages, notamment à la maison Asia de Bacongo a procédé mardi à l'interpellation de quelque 78 suspects présentés au procureur de la république André Oko Ngakala. Parmi les personnes arrêtées, une femme enceinte et des mineurs.

Tag(s) : #Societé- Développement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :