Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue Nombo, maire d'Okoyo
Bienvenue Nombo, maire d'Okoyo

Bienvenue Nombo, la vive, belle et dynamique maire de la petite ville d'Okoyo (10010 habitants selon le recensement de 2007) a étalé le 15 décembre dernier au président Denis Sassou N'Guesso, ceci sans langue de bois, les vraies difficultés des populations de sa ville. Le problème, c'est que la maire évoque ces réalités douloureuses au moment même où le gouvernement organisait une fête grandiose à l'inauguration de la route Okoyo-Leckty-Mbié, frontière Gabon.

Elle avait d'abord hésité avant de dire ces quelques mots. Son discours était même fini, remerciant le chef de l'Etat congolais pour cette route moderne longue de 90 km, traversant rivières, collines et bosquets, en pleine brousse perdue dans la Cuvette ouest. Mais, comme une mère de famille (elle se le réclame d'ailleurs en lisant son discours), elle revient sur ses pas, et attaque. "Si je ne le dis pas, cela restera comme une épine", prépare-t-elle le terrain.

"Ici à Okoyo, les populations manquent de l'eau potable", lance-t-elle sous une salve d'applaudissements des populations venues en grappes saluer le président Denis Sassou N'Guesso, le bâtisseur infatigable à qui elles ont d'ailleurs demandé de "maintenir le cap". La maire Nombo est allée plus loin en demandant au président de la république de continuer avec un nouveau mandat, "n'en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure".

Plus critique, la jeune fonctionnaire a stigmatisé les poteaux électriques et les câbles qui garnissent les grandes avenues de la ville, "mais il n'y a pas d'électricité". Pour elle, s'il y avait de l'électricité dans sa ville, les jeunes auraient créé de petites entreprises, au lieu de se fourvoyer dans le banditisme et l'oisiveté. Quant au Centre de santé de la communauté urbaine, martèle-t-elle, il n'est qu'un bijou construit du fait de la municipalisation accélérée, et manque de personnel qualifié, et bien sûr des médicaments aussi.

Alors que tous les vautours suffoquaient d'entendre un tel réquisitoire, le président Sassou N'Guesso au contraire acquiesçait de la tête. Au moins la bonne dame n'a pas évité les questions importantes dont lui avaient chargé les populations d'Okoyo plutôt que de se focaliser sur le changement de la constitution comme on l'a vu ailleurs. Bienvenue Nombo est allée droit au but, sans se soucier des maîtres-chanteurs pour qui tout va toujours bien au Congo, de la campagne jusqu'en ville, tout le monde mangeant du pain au fromage, roulant carrosse et scolarisant les enfants dans de bonnes conditions. Ici, sans cultiver la langue de bois, la maire d'Okoyo a su tirer son épingle du jeu, laissant au bord de la route tous les maîtres-corbeaux, imbibés de discours flatteurs, ne pensant d'ailleurs qu'à leur ventre.

Les populations d'Okoyo qui viennent de bénéficier d'une nouvelle route et qui ont chanté à longueur de journée "papa Sassou telema", espèrent à présent que leurs doléances trouveront solutions avant les grandes consultations populaires des années prochaines.

Tag(s) : #Societé- Développement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :