Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'attitude pensive de Blaise Compaoré
L'attitude pensive de Blaise Compaoré

Il a été sur tous les fronts de l'Afrique de l'Ouest. Quand la case du voisin brûle, dépêches-toi d'apporter de l'eau pour éteindre de le feu, sinon c'est la tienne qui brûlera, dit une sagesse africaine. Et peut-être dont s'est prévalu pendant des années le président du Burkina Faso.

De Conakry à Abidjan en passant par Bamako, Blaise Comparé a été le médiateur infatigable, prodiguant conseils et leçons aux différents protagonistes afin d'arriver à l'apaisement. Aujourd'hui que tout brûle chez lui, aucun médiateur ne sort la tête pour le sauver de l'abîme. Il coule tranquillement avec sa sagesse légendaire connue en Afrique de l'Ouest.

Qui me délivrera? Aurait pu se lamenter le président du Burkina Faso dont la capitale est aujourd'hui en feu après la mise à sac du palais des députés par une foule de manifestants déchainés depuis des heures. Les députés de la majorité qui tenaient à mourir avec le tombeur en 1987 de Thomas Sankara ont fini par prendre la poudre d'escampette devant des manifestants qui n'écoutent que leurs chants de guerre.

Tout va vite. Tout se passe vite au point que même l'Union africaine n' a pu dépêcher un médiateur pour concilier les deux camps : celui d'infatigables changistes de la constitution et l'autre des invétérés opposants. Blaise Compaoré seul face à son destin, comme en octobre 1987 Thomas Sankara seul face au sien. Le monde est ingrat; la nature n'est pas reconnaissante, pleurera-t-on à longueur de journée en Afrique! Personne à la rescousse de Compaoré. L'Afrique le regarde de loin. Et chaque fois que la France et les Etats-Unis essaient de mettre le nez, c'est juste pour lui demander de favoriser une alternance apaisée.

Blaise Compaoré a pourtant créé un parti des masses dit Organisation pour la démocratie populaire (OMP), qui deviendra plus tard le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP en 1996). Mais le peuple lui a tourné le dos, le plaquant carrément devant le mur de la constitution, sans soutien extérieur véritable, celui venant de l'intérieur étant très infime.

Blaise Compaoré, né en 1951 au nord de Ouagadougou, arrache le pouvoir en 1987 et réussit à se faire élire pour la première fois en 1998, puis en 2005 et encore infatigablement en 2010 pour un dernier mandat. Mais, voulant rester au pouvoir pour le pouvoir, cet ancien militaire veut faire changer la constitution de son pays pour poursuivre sa vision de médiation pour l'Afrique de l'Ouest. Depuis un moment, une bonne partie des Burkinabé ne veulent plus de lui. L'opposition politique, les syndicalistes et surtout les femmes le lui ont fait savoir récemment. Ces statues dont celle si richement et hautement plantée à Bobodioulasso la deuxième ville du pays ont été déboulonnées comme à l'époque de Sadam Hussein en Irak. La majorité au pouvoir elle avait pourtant promis le contre-poids. Jeudi matin, il n'y avait rien de tout cela. Que Blaise, seul face à son destin.

Certainement les éléments de la garde présidentielle qui avaient déjà aidé en décembre 1998 le président Compaoré dans l'assassinat du journaliste Norbert Zongo pourraient refaire surface. Mais à l'heure où la technologie permet aux juges d'identifier directement les assassins, tout le monde a la peur au ventre, la crainte de se faire démasquer et pourrir en taule, loin au Pays-Bas où séjournent aujourd'hui des grands comme Laurent Koudou Gbagbo ou Jean-Pierre Bemba Gombo. Mais aussi des petits massacreurs comme les Germain Katanga.

Blaise Comparé, l'ancien militaire de 63 ans après avoir fait passer le vote du Sénat, propose la modification de l'article 37 de la constitution du pays qui verrouille en fait la possibilité au président burkinabé de passer un prochain mandat. Mais Blaise Compaoré s'est toujours montré discret et très secret depuis la mort de son fidèle ami Thomas Sankara quand il prend le pouvoir à 36 ans, tout jeune et tout beau! Il ne parle donc pas. Et personne ne sait réellement s'il veut prendre un prochain mandat de cinq ans en 2015 date de la fin de son exercice ou bien on lui prête juste des intentions.

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :