Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Margueritte Homb, déjà entendue parler?

Femme audacieuse et très entreprenante, Margueritte Homb engagée depuis une décennie dans le développement durable, son visage brille toujours d'intelligence lorsqu'elle s'évertue à passer les messages à travers de nombreux séminaires et formations qu'elle organise à l'endroit des femmes qui veulent se prendre en charge au Congo. Du haut de ses 60 ans, Mme Homb (très connue à Brazzaville) ne cesse d’émettre de l'énergie, mais surtout de susciter de l'espoir pour une nouvelle classe d'entreprenariat de la femme congolaise.

Son parcours scolaire et universitaire a été très remarquable et couronné de grands diplômes: un Diplôme d'études approfondies (DEA) en Langue et civilisation anglaises en 1979 à Milhouse et à Strasbourg, un Diplôme d'études supérieures et spécialisées (DESS) en 1982 puis en 1983 un Certificat d'aptitude à l'administration des entreprises à l'Institut d'économie appliquée aux affaires de France. Margueritte Homb a fini par décrocher un DESS en Commerce extérieur en 1983, toujours en France. Du retour au pays, elle se distingue au ministère du Commerce où elle appuie des femmes vendeuses au marché à être entrepreneures en se mettant ensemble. L’union fait la force, dit-elle toujours.

En 1990, elle prend la direction d’un groupe de femmes réunies en plate-forme associative dénommée: "Réseau espace Créateur". Depuis 2002, elle est directrice du centre Training spécialisé dans l’appui et accompagnement des acteurs de la filière Moringa. Margueritte Homb laisse échapper un large sourire lorsqu’on l’appelle ‘’Développeur économique’’, son nouveau travail qui consiste à assister toutes les femmes qui veulent se prendre en charge.

Le Moringa! Cette plante venue du Sénégal et aux vertus alimentaires et médicinales incroyables, est devenue depuis une décennie son cheval de Troie. Margueritte peut parler des heures et des heures de Moringa, comme un nouveau modèle économique dont peuvent aujourd'hui s'inspirer les femmes congolaises. Avec son association "Espace Créateur", Mme Homb a formé beaucoup de femmes dans la production du Moringa, tant sous sa forme légumière que arboricole. Elle se bat aujourd’hui à rendre plus scientifique la fabrication de tous les dérivés des Moringa. Un incubateur a été proposé au Ministère de la Recherche scientifique. Il s’agit pour Margueritte Homb de faire accréditer cet outil en plus de se le voir financer. Pour cette femme rigoureuse et persévérante, le Moringa peut être une bonne issue pour les femmes en difficulté.

Plusieurs femmes pratiquent le maraîchage du Moringa à Pointe-Noire et à Brazzaville ainsi que dans les périphéries de ces villes. Ces femmes gagnent leur vie avec des revenus mensuels de l'ordre de 80.000 à 100.000F CFa. Dans l'ensemble, plus de 52.000 personnes ont été formées sur le Moringa. Depuis 2004, Mme Homb, pointilleuse dans son action, incite les Congolais à planter au moins une plante de Moringa dans sa parcelle d'habitation. Elle se satisfait aujourd'hui des objectifs atteints, car plusieurs de cours à Brazzaville, à Pointe-Noire, à Dolisie, à Owando, à Sibiti, à Nkayi, à Impfondo sont pavoisées de cette plante, à peine découverte par les Congolais. Grâce à la sensibilisation faite sur cette plante, d'autres personnes ont dû acheter les graines ou les jeunes plants du Moringa dans les marchés publics. Même certains restaurants de la place affichent déjà dans leur menu des plats à base du Moringa.

Tag(s) : #Population- Environnement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :