Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marcel Ntsourou ce matin devant le juge Christian Oba

Sans doute, dès 9h, la salle d'audiences de la cour d'appel de Brazzaville sera pleine comme un oeuf, tous curieux de revoir Marcel Ntsourou, cet ex-colonel que les Forces armées congolaises ne veulent plus voir ou ne veulent plus entendre parler. Bon! Le procès démarre ce matin. Le président de la Cour d'appel de Brazzaville, Christian Oba qui vient d'arriver à ce poste en replacement de Mathurin Bayi, le célèbre juge du 4 mars, a déjà annoncé les couleurs avec la condamnation à mort de Ngouabi, cet autre voyou qui a tué et baisé huit femme dans les abords de Djoué.

"Marcel Ntsourou, ton heure a annoncé", a crié un vieux Brazzavillois à la fin mardi du procès contre Ngouabi. Le procès de Marcel Ntsourou qui s'ouvre ce matin reste un grosse affaire. Une centaine de personnes inculpées doivent se dédouaner de cette affaire où de nombreuses charges sont mises sur le dos de Marcel Nstourou, "Atteinte à la sureté de l'Etat, coups et blessures volontaires, détention illégale d'armes de guerre, association de malfaiteurs, rébellion...".

D'ors et déjà l'un des avocats de Marcel Ntsourou, maître Hervé Ambroise Malonga a dit que son client était en position de défense et donc c'est bien lui qui a été agressé. Ce procès fait en effet suite à la fusillade qui a éclaté à Brazzaville le 16 décembre dernier et ayant fait au bas mot, une trentaine de morts. Le juge, serein, tentera d'aider les Congolais à comprendre ce qui s'est réellement passé ce 16 décembre.

Tag(s) : #Droits Humains
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :