Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


"Maman Fany", notre couturière classe à Mfilou!

Publié par Arsène SEVERIN sur 16 Juillet 2014, 13:58pm

Catégories : #Culture

"Maman Fany", notre couturière classe à Mfilou!

Les couturières? Ho, il y en a plein à Brazzaville et dans le reste du Congo! Mais chacune d'elle a ses manières. Françoise Loubondo, c'est une perle rare de la couture à Brazzaville, installée dans le quartier de Mfilou! Elle n'a pas seulement qu'un atelier, ou une multitude d'apprenants, mais elle jouit surtout gracieusement du fruit de son travail... Allons donc à sa découverte!

Taille de mannequin, élégante et souriante, Françoise Loubondo, affectueusement « Maman Fany », n’a pas eu une enfance heureuse. Faute de soutien familial, elle a rompu très tôt avec les études. Même quand elle prit la décision d’apprendre un métier, la couture notamment, les portes lui restèrent fermées pendant des années, à cause d’argent. A seule, Françoise n’arrivait pas à réunir la somme d’argent qu’on lui exigeait pour son apprentissage. A l’époque, il lui fallait un coq, une dame-jeanne de vin rouge et une somme de 120.000F Cfa, une vraie fortune pour une orpheline qui n’avait en tout et pour tout que 30.000F Cfa.

Mais, elle tenait tant à apprendre la couture. Sa seule chance, son père lui avait déjà acheté une machine à coudre, et de temps en temps « Maman Fany » s’exerçait à confectionner quelques articles qu’elle vendait. Mais, la qualité du travail n’était pas appréciable, reconnaît-elle. Elle a réussi cependant à réunir la somme qu’on lui exigeait pour apprendre normalement. Après sa formation, Françoise Loubondo a ouvert un atelier de couture.

Après avoir totalisé une vingtaine d’années dans la couture, « Maman Fany » a créé en 2008 une association pour aider les jeunes-mères dépourvues des moyens pour apprendre. Le groupement démarre seulement avec trois machines à coudre. Dénommée Association des mamans couturières unies de Mfilou (AMCUM), cette association est basée à Mfilou, le septième arrondissement de Brazzaville. Elle ne souhaite pas voir ces femmes vivre le calvaire qu’elle a vécu dans sa jeunesse. Aujourd’hui, l’association a grandi. Elle est passée de trois élèves à quarante. Françoise les a réparties en deux vagues, le matin et l’après-midi. Un premier cycle a déjà fini la formation. Avec 3000F Cfa pour l’inscription au centre de formation, les jeunes femmes se bousculent chez Françoise. La formation dure dix-huit mois.

Pour l’encadreur, il faut donner un peu de temps aux filles-mères qui doivent s’occuper de leur foyer pour prendre au sérieux leur formation. En 20 ans de métier, Françoise Loubondo se dit satisfaite des fruits de son travail. Elle a réussi à acquérir beaucoup de biens, et n’est plus locataire à ce jour. « Ma Fany », orpheline aux chances limitées dans la société, se réjouit d’avoir aujourd’hui un important carnet d’adresses. Dérangée et parfois humiliée par son bailleur, Mme Loubondo veut avoir son propre terrain où elle installera son atelier. Elle rêve agrandir et diversifier les activités de son association.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents