Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Brazzaville, les grands travaux ça travaille!

La capitale congolaise vit depuis quelques décennies, sous la cadence des grues, bulldozers, niveleuses et autres engins de bâtiments et des travaux publics. Ce, à la faveur des chantiers engagés tous azimuts et dont le dénuement modifiera à coup sûr la physionomie de Brazzaville.

Ces chantiers de grande importance ont fait l’objet les 28 et 29 juin 2014, d’une visite du ministre en charge de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean Jacques Bouya.

Il convient de signaler que certains chantiers sont concernés par les festivités des 11èmes jeux africains qui seront organisés en juillet 2015 à Brazzaville. Notamment, celui de la route de la corniche au niveau du tronçon situé entre le ravin du Tchad et la Case De Gaule. Le projet prévoit également la requalification du segment compris entre l’hôtel Mbamou Palace et le ravin du Tchad. Il sera construit un pont à hauban de 545m de longueur, deux giratoires (au ravin du Tchad et à la Case De Gaule), un pont d’accès de 360m de long et d’autres ouvrages.

Les travaux sont exécutés par la société chinoise CRBC (Chine road and bridge corporation), pour un montant de plus de 70 milliards de francs CFA. Ils ont débuté en octobre 2013, pour une durée contractuelle de 22 mois.

Généralement, ce genre d’ouvrage se réalise en trois ou quatre ans. Mais, ici, c’est 24heures sur 24 heures. C’est un travail titanesque car nous voulons répondre aux orientations du président de la République. 2015, c’est les 11èmes jeux africains qui correspondent aussi au 50ème anniversaire de l’organisation des premiers jeux à Brazzaville. Il s’agit aussi de créer les conditions que les Congolais rêvaient de voir leur capitale tournée vers le fleuve. Ceci est en train de se faire, c’est un travail laborieux et très difficile », a déclaré Jean Jacques Bouya.

Les travaux du tronçon qui relie la Case De Gaule et le pont du Djoué seront financés par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre du Contrat de désendettement et de désengagement (C2D). Ils seront assortis de l’aménagement et de l’assainissement des quartiers de Makélékélé et Bacongo (1er et 2ème arrondissement).

Le chantier du complexe sportif de Kintélé fait également partie de ces infrastructures du cinquantenaire des jeux africains. Selon le ministre Bouya, ce chantier se trouve en avance de trois semaines par rapport aux délais contractuels. « Dans notre continent, a-t-il dit, ce genre d’ouvrages se comptent du bout des doigts. C’est un stade qui rivalise avec les stades mythiques de la planète. Il n’y a pas que le stade, c’est tout le complexe avec d’autres structures. Le travail se déroule bien, nous sentons que les calendriers seront tenus. Le président de la République y tient. Les jeux doivent se tenir surtout que les premiers ont eu lieu à Brazzaville, il y a 50 ans ».

D’un coût de près de 380 milliards de francs CFA, le complexe sportif de Kintélé disposera entre autres, d’un stade de football de 60.055 places, d’un palais des sports de 10140 places, d’un hôtel de grand standing, d’un centre nautique de 2028 places, d’un centre média, d’un village olympique, d’un centre d’exposition, des terrains de basketball, handball, volleyball, tennis et pétanque, des aires de football de plage et de volleyball de plage, d’un héliport, d’un restaurant, d’un café et d’autres commodités.

«Il est fait pour accueillir en 2015, les 11èmes jeux africains. C’est le cinquantième anniversaire, c’est la reconnaissance de l’Afrique à notre pays. D’où nous devons tout mettre en œuvre pour que ce projet gigantesque soit terminé l’année prochaine vers juin et juillet», a insisté M. Bouya.

Hormis le complexe sportif de Kintélé, le gouvernement congolais est en train de construire une voie d’accès rapide au bord du fleuve Congo. Cette route appelée troisième sortie nord de Brazzaville disposera d’un viaduc d’environ 4m de hauteur et 7km de longueur, soutenu par quelque 728 pieux. Un échangeur sera érigé aux environs de l’ancienne brasserie Kronenbourg à Talangaï, 6ème arrondissement de la ville.


Mise en garde contre l’occupation anarchique des terrains
Profitant de la visite de ces ouvrages, le chef du département en charge des grands travaux a attiré l’attention des populations sur les occupations et les constructions anarchiques aux environs des infrastructures publiques.

« Il est implanté ici un ouvrage important qui aura aussi ses aléas. C’est-à-dire qu’il faut créer toutes les conditions d’assainissement requis. Nous sommes obligés d’aménager l’environnement autour de ces installations de grande envergure. Nous voyons des constructions anarchiques dans les environs. Quand il y a les pluies, les eaux drainées par ces grands ouvrages vont emporter ces constructions vers le fleuve Congo. Après, les Congolais vont pleurer et les pouvoirs publics seront coincés », a-t-il prévenu.

Les chantiers de l’hôtel de l’aéroport et du siège de la compagnie aérienne nationale ECAIR ont été de même épinglés. Les travaux avancent sans heurts et vont s’achever dans les mois à venir. Fruit de la coopération entre le Congo et l’ex-URSS, l’hôpital mère-enfant Blanche Gomes a fait peau neuve. L’ancien bâtiment rivalise de beauté avec le nouveau.

Le nouveau siège du ministère de l’intérieur et de la décentralisation sera disponible en juillet 2015, ont affirmé les techniciens de la société SAN JOSE en charge de la construction l’ouvrage qui aura deux bâtiments de 10 étages chacun.

Le ministre en charge de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux s’est ensuite rendu sur les chantiers des logements modernes des camps 15 août et Mpila. Sur le site de Mpila se développe aussi un nouveau quartier moderne dans le cadre de la reconstruction des anciennes casernes dévastées par les explosions du 4 mars 2012.

M. Bouya a souligné la bonne tenue des travaux du nouveau quartier auxquels s’ajoutent ceux du musée de l’histoire du Congo. « Il est important à chaque fois que nous évoluons, nous puissions toujours marquer un point d’arrêt et regarder quel a été le parcours pour éviter ce qu’on a vécu dans le passé. Le président de la République veut à travers ce grand musée permettre aux Congolais de voyager en quelques heures dans le passé de leur pays pour mieux appréhender l’avenir », a-t-il signifié.

Au sujet de la reconstruction des quartiers totalement dévastés par le drame de Mpila, il a affirmé que «les experts sont sur le terrain pour assurer la propriété réelle pour que très rapidement à l’arrière nous commençons la construction nouvelle de cette partie des propriétés privées afin que chacun intègre une maison digne dans un espace transfiguré. Les habitants de ces quartiers auront les conditions mieux que celles d’avant».

Des chantiers touchant les secteurs socioéducatifs

Cette visite des chantiers a concerné par ailleurs les ouvrages du secteur de l’éducation, notamment les deux amphis de 1500 places assises chacun en cours de construction à l’université Marien Ngouabi. Ces amphis sont réservés aux étudiants des facultés de droit et des sciences économiques.

«Nous avons simplement constaté que le travail est fini. Il reste à connecter l’ouvrage au réseau électrique. D’ailleurs, un poste est en train d’être équipé pour donner la bonne énergie à ces deux amphis. Les étudiants des facultés de droit et des sciences économiques pourront, cette fois-ci, travailler dans de meilleures conditions», s’est réjoui M. Bouya.

Peu avant, il a touché du doigt l’évolution des travaux de construction du marché moderne de Bacongo (2ème arrondissement), exécutés par l’entreprise italienne Franco Villarecci. Ce marché sera doté de deux modules (R+1) dont le premier sera ouvert au public en septembre prochain.

La première usine d’eau potable de Djiri (2.250m3/h) en pleine réhabilitation a figuré aussi parmi les infrastructures visitées. La seconde usine (5250m3/h) étant opérationnelle depuis juin 2013, le ministre Bouya a demandé aux cadres en charge de la gestion de l’infrastructure de s’activer dans la fourniture d’eau potable aux populations.
Les chantiers liés 4 mars évoluent bien
S’agissant de la reconstruction des quartiers détruits par les explosions du 4 mars 2012, le ministre Jean Jacques BOUYA a visité les zones publiques. Sur ces lieux, se construisent 964 logements sociaux, un complexe scolaire de haut standing (avec un gymnase pour recevoir quelques disciplines des jeux africains de 2015), un centre comercial, un mémorial de l’histoire du Congo, la Mairie de l’arrondissement 6 Talangai et les deux tours jumelles à usage commercial au quartier Chacona.
Seront aussi construits dans la zone, une voie rapide reliant le rond point Saint Tropez à l’Hopital de Talangai, l’Eglise catholique Saint Louis des français et les 640 logements sur le site du Génie rural par le groupe Adoha.

AVEC LA CELLULE DE COMMUNICATION DES GRANDS TRAVAUX

Tag(s) : #Societé- Développement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :