Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Les candidats au Bac à Brazzaville plus préoccupés par la fuite des matières

Publié par Arsène SEVERIN sur 17 Juin 2014, 16:32pm

Les candidats au Bac à Brazzaville plus préoccupés par la fuite des matières

Jusqu'à 8h45, ils étaient encore très nombreux dans les rues, devant les machinistes de photocopie qui bordent le marché Total de Brazzaville. Alors que les épreuves devraient démarrer un peu tôt, des dizaines de candidats au Bac couraient, semble-t-il, après les fuites de matières. L'affaire n'était pas à prendre avec légèreté, vu comment les candidats s'empressaient alors que les surveillants de salle attendaient. Vlam!, un bout de papier photocopié dans la poche, et le Bac est plus proche! La fraude à ciel ouvert! Le ministre en charge du Bac général, Hellot Mantson Mpampouya (DRD), lors de sa traditionnelle tournée dans les sites d'examen, a-t-il pris la peine de soulever le problème? Apparemment NON, et demain ça peut reprendre...et avec véhémence!

Ils sont 59 398 candidats à passer le Bac cette année, dans quelque 137 centres dissémines sur l'ensemble du Congo. Plus de la moitié des candidats, 34 110 élèves, composent dans 70 centres à Brazzaville. Nombreux depuis lundi ne dorment pas. Ils rêvent à la fuite des matières programmées à cet examen qui ouvre la porte à l'Université, aux études supérieures. Dans certains établissements scolaires, les directeurs ont réuni la veille les élèves pour passer les "dernières consignes". En réalité, il s'agissait de dire aux enfants comment devront fonctionner les "labos", ces machines à résoudre tous les sujets des examens. Certaines consignes ont directement porté sur les leçons ou les notions précises à partir desquelles les sujets seraient tirés.

Et ce matin, grande surprise! Les élèves trainaient encore dehors, non pas comme autrefois, à cause des difficultés administratives (cartes perdues, noms non-affichés, salles indisponibles,...), mais parce qu'il fallait faire des photocopies des sujets programmés à l'examen. Jusqu'à 8h45, des foules en tenue de lycéens était encore visible aux abords du marché Total. Là se trouvent une série de photocopieuses.

Finalement, les élèves n'ont pas changé. Ils se donnent à coeur joie à une large fraude, au vu et au su de tout le monde. Aucun reproche ne leur est fait. Tout va bien! On court après les résultats, notamment les grands pourcentages des admis. Des admis sans niveau, tricheurs et fraudeurs, ayant juste bénéficié de la bénédiction de la société.

Les pourcentages! En 2011, la célèbre année où il y a eu sans raisons un boom des résultats, le pourcentage d'admis au Bac était de 52%. Un taux qui est vite revenu à la normale en 2012 en repassant à 17%. Après moult critiques et d'importants changements à la tête du département, le pourcentage d'admis au Bac est arrivé à 28% en 2013. Il ne sera pas étonnant que cette année le plafond soit crevé à près de 60%! Et là les objectifs seront atteints.

Dans sa traditionnelle tournée d'encouragement des candidats, le ministre Mampouya a-t-il soulevé le problème de la fraude généralisée? Pour quel intérêt? L'essentiel est que les enfants ont composé que la première journée s'est déroulée sans incident.

Dans la foulé de la fraude des photocopies des sujets du Bac, un autre examen, le Brevet d'études techniques (BET) a démarré ce mardi. Là aussi, on ne sait pas dans climat se déroulent les preuves. La corruption, la fraude et les mauvaises moeurs ne sont plus à écarter de la tenue des examens.

Commenter cet article

grace 22/06/2014 14:44

je pense que ses vrai ce que vou dites mai chaque anner a ete tjr comme sa a la fin des premieres epreuves avai vou verifier c'est aussi a nous les eleves de prendre consciences parceque beaucoup sen sorte plus dns des dfferentes universities

Davy 20/06/2014 19:03

Je me souviens du BEPC session de 1998 où la fuite et la fraude avaient atteint le plafond et la session etait annulée puis remplacée
Ce que vient de dire mon frere enseignant est tres ahurissant horripilant meme on est en train de detruire tous les Congolais leur donner le gout du gain facile pour qu'apres eux l'anarchie et la demonarchie regnent

Fulgace 18/06/2014 19:03

Cher Inconnu, il fallait faire un tout hier devant ces photocopieuses, franchement quelle honte pour nos élèves! Et vous mettez ça en doute? Je vous comprends, vous ne vivez certainement pas à Brazzaville. Le journaliste a bien vu, tout le monde aussi a bien vu. C'est à au vous ministère de faire le reste. Souvent c'est vous qui favorisez ces fuites de matières.

Willy 18/06/2014 20:08

Apparemment ce monsieur ne vit pas à Brazza où nous avons tous vus ce qui s'est passé!

analyse sur la supposée fraude à l'examen 17/06/2014 22:19

revoir la réalité des examens d'Etat tel qu'ils sont préparés par nos élèves.

analyse sur la supposée fraude à l'examen 17/06/2014 22:16

il faut faire remarquer une chose dans la préparation des examens d'Etat par les candidats qui ont pris la salle habitude de se miner des cours et sujets traités en classe mais s'il vous plait photocopier en miniature, ce que les élèves eux-mêmes appellent par "bébé Lili". seul le hasard des circonstances peut faire que le sujet soit celui photocopié par le candidat. pourtant ils passent leur temps à remplir les copies de ce qui n'est pas demandé à l'examen. est-ce cela la fraude? à nous d'approfondir la réflexion. après le déroulement des premières épreuves, le journaliste devrait nous présenter des preuves coercitives entre ce qu'il a vu à la photocopie et ce qui est réellement venu à l'examen.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents