Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BrazzaPLUS

BrazzaPLUS

Actualité du Congo-Brazzaville. Le Blog de Arsène SEVERIN spécialisé dans l'information générale, l'analyse et la critique sur les événements au Congo-Brazzaville, en Afrique et dans le Monde. Souvent avec grand humour!


Judith Tondo, une peintre à main levée!

Publié par Arsène SEVERIN sur 24 Juin 2014, 15:57pm

Catégories : #Culture

Judith Tondo, une peintre à main levée!

Petite taille, teint clair et du sourire à revendre, Judith Tondo, 40 ans en août prochain, est tombée "comme un cheveu dans la soupe" dans la peinture! Elle rêvait dans sa tendre enfance d’être une d’infirmière. Mais, n’ayant pas obtenu son Brevet d’études du premier cycle (BEPC) en 1995, Judith se jette dans les bras d’un homme qui l’épouse. Un mariage qui n'aura pas fait son bonheur, obligée d'exercer de petites activités commerciales pour survivre dans son foyer pendant 17 ans.

C’est en 2009 que Florence Mbila Mpassi, sa sœur aînée, savourant déjà les fruits de la bonne peinture à Brazzaville, lui conseille d'en faire autant. Mais, elle n’y croit pas, vu son âge et son manque de doigté à tenir un pinceau pour produire un tableau de qualité vendable. Ha, c'est dur la vie! Pourtant au bout d’une semaine, elle réalise son tout premier tableau à son grand étonnement. L’image sur le tableau est assez évocatrice. Deux seins: un debout et un autre "tombé"! L’artiste peint sa propre histoire, celle d’une jeune et belle petite fille avec des seins debout enviée, puis mariée à un homme qui l’a, au bout d’une quinzaine d’années de vie commune, virée avec des seins "tombés". La plupart des tableaux qu’elle expose à La Tanaf, un quartier de Mfilou à Brazzaville, puisent leur inspiration dans cette douloureuse histoire de jeune fille mal aimée. Devant un tableau qu’elle vient de peindre, Judith sourit et explique que c’est une image en spirale, mais qui signifie l’amour à sens unique. C’est-à-dire une femme pour un seul homme.

Judith a commencé avec rien. C'est sa sœur Florence qui lui remet 5.000F CFA, pour s’acheter une plaque sur laquelle elle réalise son tout premier tableau à vendre. Elle se souvient encore que c’est après moult discussions avec un client de Dolisie qu’elle a pu commercialiser cet objet d’art. Depuis, elle s’est fait un nom dans la peinture féminine à Brazzaville. L’artiste confesse qu’elle ne vit plus que de ses œuvres. Elle dit avoir abandonné toutes les petites activités qu’elle exerçait pour subvenir aux besoins de sa famille. Avec un emploi du temps bien calé, Judith Tondo est active aussi bien à son atelier de peinture que dans sa maison où elle s’occupe de sa petite famille.

Elle a réalisé sa première exposition en 2010, à l’Institut français du Congo. Judith a aussi exposé ses œuvres dans plusieurs hôtels et restaurants de la capitale congolaise. A ce jour, elle compte une dizaine d’expositions à Brazzaville. Judith rêve à présent d’aller vendre plus loin, sortir des frontières de Brazzaville et même du Congo! La jeune artiste-peintre déplore le manque de soutien des autorités du ministère de la Culture, et des personnes de bonne volonté, qui ne tarissent pourtant pas d'éloges et de promesses.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents